Tags: , , , , , , , [ × ]

Je tenais à revenir sur une petite phrase que j’ai écris sur mon article précédent qui disait « C’est aussi cette bonne organisation qui nous crédibilise et qui nous différencie des rigolos qui claquent des mariages à 300€ », laquelle a fait réagir pas mal de monde. Dans un premier temps j’aimerai juste éclaircir la chose suivante: je n’ai rien contre les photographes pratiquant ce genre de tarif.

Le fait est que les réactions que j’ai collectées par le biais de ce fabuleux outil qui est Internet (notez la majuscule a Internet) vont du « AHAH ouais trop raison mec c’est des blaireaux, ils cassent le marché ces bouffons » jusqu’au « Non mais on est dans un pays libre bordel on a bien le droit de pratiquer les tarifs qu’on veut connard ?!« . Sachez tout d’abord que ce genre de réactions sont les bienvenues qu’elles soient spontanées et authentiques ou bien écrits en SMS par des p’tits jeunes de 17 ans à partir du moment ou un débat est envisageable ça me va.

Je vais pas me la jouer a la photographe de 40ans qui étudies un changement majeur au sein de la profession car je n’ai aucun point de comparaison mais je pense que je peux affirmer sans me tromper que la période a laquelle nous sommes est très intéressante pour notre secteur et qu’il est bon d’avoir des discussions passionnées a propos de certains sujets.

Les photographes intelligents sauront faire preuve d’ouverture d’esprit afin de pratiquer un semblant d’introspection a propos de leurs pratiques commerciales, et les photographes un peu bébête poserons leurs fesses sur une chaise en attendant le client et en se disant « Je récolte 1000€ de bonus par mois lesquels ne sont pas du tout mérités du a mon APN a 800€ et mon manque d’XP mais pourquoi refuserai je ? »

J’ai remarqué à Londres il y a quelques temps dans un supermarché une affiche stipulant:

« Photographe pas cher !
250£ – couverture complète,
150£ – portraits officiels »

J’aurai vraiment du prendre une photo …

Pendant quelques minutes j’ai admiré ce mec, j’ai admiré l’imagination, le fait de se bouger les fesses pour prendre les devants … et je l’admire encore en passant. Mais la réelle question est la suivante: Pensez vous que ce soit a cause de type comme ca que le marché va mal ?


Alors si vous faites partie des personnes qui pensent que les photographes discount sont la cause de tout nos problème du genre « Ouiiii euh 300€ un mariage faut stopper les conneries mec, quel trou du cul ! » laisser moi vous mettre au défis:

Pensez au mariés qui n’ont pas un budget de 1500€ pour un photographe (car oui faut aussi se rendre compte que les photographes se trouvent a la fin de la chaine organisationnelle d’un mariage, donc quand on arrive a nous après la résa de la salle, le traiteur, le coiffeur etc … il reste pas énormément de billets), pensez a ces jeunes qui n’ont pas forcement envie de commencer leurs vie de couple sur une dette a rembourser parce qu’il n’y avait pas de photographe disponibles pour une couverture pas chère ET de qualité, pensez y et dites moi que si ils ne peuvent pas se permettre de payer 1500€ pour un photographe alors ils ne méritent pas du tout d’en avoir. Osez me dire que si je n’ai pas les moyens de me payer une Ferrari je ne mérite pas d’avoir de voiture ! Tout le monde ne peut pas se permettre le haut de gamme. Cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent avoir un certain niveau de services photographiques à leur disposition.
Encore une fois je n’ai pas envie de me la jouer photographe vieille école qui a de la bouteille (car je suis un petit merdeux au fond vous pouvez le dire mais j’ai des principes) mais laisser moi vous expliquer comment j’ai commencé (et je suis sur que beaucoup de photographe pro se reconnaîtrons).

J’ai commencé il y a cinq ans avec des shooting improvisés avec des amis ou des modèles amateur qui me contactaient (gratuitement ça va de soit, et d’ailleurs je continue a faire des shooting gratuitement quand le projet est intéressant et le budget limité, allez y crachez moi dessus). Mon premier mariage remonte a quatre ans, je n’ai pas désiré me faire payer pour ce premier mariage, tout d’abord parce que je n’étais pas sur de moi, très anxieux etc … et ensuite car j’étais plus reconnaissant envers les maries de m’offrir cette chance que eux ne l’étaient pour ce que j’allais faire. Le second j’ai établis un tarif « symbolique » de 150€, qui couvrait à peine mon essence et mes frais annexes, mais encore une fois c’était avec grand plaisir que je le faisais, cela me permettait d’apprendre, tout simplement. Puis j’ai augmenté à 200€ puis 300, puis 400 etc …

Le gros piège quand on pratique TOUJOURS des tarifs bas, c’est qu’il est tres difficile d’en vivre (à temps complet je veux dire), être bon marché c’est bien mais y rester c’est dur. Car la surcharge de travail est telle que votre chiffre d’affaire couvrira difficilement vos dépenses annexes et d’un point de vue humain cela revient à travailler sans cesse pour un gain, proportionnellement, ridicule.

Alors vous me direz : « Ouais mais mec, 20 mariages a 300€ sur 5 mois plus tout les shoots le reste de l’année on arrive facile a 15000 voir 20000€ c’est quand même sympa pour une petite pute de Cheap Photographer non ?« 

Ouais c’est pas mal si vous êtes célibataire, sans enfants, que vous roulez en vélo, que vous payez un loyer de 400€, que vous avez les APLs, une compensation chômage et que vous n’avez surtout pas l’attention de déclarez vos revenus (ça va de soit), alors la ouais c’est pas mal du tout, mais permettez moi de vous dire que ce n’est pas le monde réel (aller Monsieur M##### j’attends votre monologue après debat cet homme ne désire plus apparaître dans ce genre de situation conflictuelle, la censure est de mise):

Avec l’exemple de l’auto-entreprise vous pouvez déjà virer 20% de votre CA, en plus de ça lors de votre déclaration de revenus annuel vous pourrez aussi virer un autre pourcentage (symbolique celui la de 1 ou 3% il me semble), alors permettez mois de vous dire qu’on est loin de 15.000 a 20.000€ dont on parlait tout a l’heure …

Si je veux acheter une maison un jour (j’espère) en qualité de travailleur indépendant je vais devoir prouver que je fais de l’argent avec mon affaire. Si je ne déclare pas mes revenus, je n’ai donc aucune traces « légale » de ce que je gagne … mon conseiller (que je salut au passage) ne va pas rigoler (déjà qu’il ne rigole pas beaucoup en temps normal). Il est très tentant de dissimuler ses revenus, mais un jour ça me retombera dessus et ça ne sera pas très marrant pour le coup. Rendez donc à César ce qui lui appartient et go!

Tout ça pour dire que oui, c’est certain, vivre de cette passion n’est pas évident quand on la joue réglo mais que ce n’est certainement pas a cause des amateurs qui pratiquent des tarifs discount ou disproportionnés qu’on a du mal, et loin de moi l’idée de casser du sucre sur le dos des amateurs car encore une fois je suis de cette école, l’idée est qu’il faut savoir se respecter et faire valoir son talent (quand talent il y a) et qu’il faut savoir aussi respecter certaines étape car pratiquer des tarifs exorbitants apres seulement trois mois de pratique c’est un peu du foutage de gueule. En plus de ça l’image de la profession en a pris un coup avec l’arrivé du numérique, j’appartiens a cette génération qui a découvert ce que le verbe « photographier » désigne réellement grâce a cette arrivé.

/*Passage qui n’a rien à voir*/ Oui j’ai aussi du mal, en tant qu’autodidacte, à m’intégrer à des groupes de photographe qui on étudiés avant d’en faire leurs métiers (put#in ça c’est relou par contre), à defendre mon droit a la pratique et a toujours devoir justifier mes tarifs/*Fin du passage qui n’a rien à voir*/

, mais je ne pense pas QUE À mon CA quand je rencontre des futurs mariés, je fais ça par envie et par passion plus que par avarice (et heureusement) et j’aime ça, alors certes c’est la bataille du Colisée pour se faire une place, mais c’est tellement motivant que j’en viens à penser à mon futur, et j’en conclu que pour perdurer notre domaine se doit de proposer des offres accessibles à tout le monde, ma clientele n’est pas la meme que celle de Monsieur M##### (censuré), et la sienne n’est pas non plus la meme que celle de Antony Schuster, tout le monde est servis, et la concurrence reste moindre (concurrence qui pour ma part n’a pas réellement d’existence) de par nos styles différents, notre pratique, notre sociabilité, nos offres etc …

Et comme dirai Zack pour conclure. McDonald’s n’a jamais fait de mal a Paul Bocuse et Ryanair n’a jamais perturbé Air France … euh attendez si peut être oh et puis m#rde !

Gardez le sourire !

Et Gardez le Sourire ! 😉

A vous les studios !