Déménagement sur Nantes oblige, les modèles doivent se déplacer pour les séances 😀 Trêves de plaisanteries, c’est au tour de Mademoiselle Audrey de poser avec Monsieur François Richard. Pour ceux qui on suivit les série précédentes, et surtout LA série de Sylvain et François, je vous rassure mesdemoiselles, ce jeune homme est bel et bien fait pour vous.

J’avais dis trêves de plaisanteries, Audrey n’est pas une mannequin professionnel (faut manger de la soupe), mais elle dispose d’un énorme potentiel photographique, c’est ce que j’ai pu découvrir durant cette série quelque peu « à  l’arrache », ne connaissant pas Nantes et ses environs, on a un peu galèré à  trouver un endroit potable. Bref direction un parc de loisirs, environ une heure et demi pour boucler tout ça, et une carte mémoire remplie à  raz bord.

Les attentes étaient simples: Aucune
Audrey n’avait pas d’objectifs particuliers et François non plus, j’ai donc décidé de m’exercer à  certains effets, j’adore bosser avec la lumière dans la tronche et je pense que ça commence à  devenir maladif … je suis fan de cet effet un peu vintage que les contre jours dégagent. Bosser sur des couleurs chaudes, et ajouter un petit grain aux images procurent, pour moi, un rendu assez percutant.

Pour ce qui est du technique, comme toujours l’utilisation du 50mm 1.4 couplé à  une bonne vieille exposition à  droite a été une nécessité, et encore une fois pour prendre plus d’une personne il faut adapter son ouverture pour pouvoir avoir les deux personnes dans la bonne profondeur de champs, j’y ai pensé, mais malheureusement ce n’est pas encore au point, il y a quelques ratés, mais je m’améliore (t’a vu G. je ne suis pas défaitiste).

Je bosse encore cette fois-ci sur les contre jours, et comme pour les série précédentes, c’est extrêmement difficile à  gérer, je m’interdit d’utiliser un flash pour déboucher mais heureusement pour moi que le format NEF permets une certaine souplesse pour rattraper les images.

Je pense aussi m’être améliorer dans mon relationnel, et oui finis l’époque des photoshoots Sooruz et son assistante, il faut bien réussir à  dicter un peu les modèles et à  imposer ses choix (sans tomber dans l’excès bien entendu).

Niveau développement, toujours sur LightRoom, et pas sur la version 2.0, je suis encore à  ma bonne vieille version 1.4 (ça coute cher ses foutu logiciels), et pour ceux qui me diront que j’aurai pu tester la version d’essai allez plutà´t voir ici je suis pas testeur.

En gros, je règle l’exposition comme il se doit, rajoute un peu de noirs, je ne touche pas à  la clarté (me suis déjà  fait engueuler c’est bon hein !), un peu de vignetage et c’est régler.

Je vous mets ci-dessous une image complètement bouchée à  la PDV (contre jour oblige), et rattrapée avec LightRoom et sa « lumière d’appoint » (des défauts sont, certes, présent, mais je pense avoir là  un bon exemple pour démontrer la souplesse du format RAW).

Passez votre souris sur l’image pour voir l’avant et l’après.

A vous les Studios !

N.B.: Le petit lecteur de musique est une nouveautée, n’hesitez pas à  me faire la remarque si la lecture auto vous dérange 😀